L'âme, l'essence première de notre être, celle qui nous donne vie et nous fait vivre

Qu’est-ce que l’âme ?

[…] Dans la vie courante, l’âme d’une personne transparaît dans son regard et s’exprime par sa voix. Deux organes, les yeux et la bouche, qui se concentrent dans un visage, lequel constitue le mystère incarné de tout être humain. Lorsqu’on regarde un artiste faire un portrait, on voit qu’il commence par dessiner un ensemble de contours, pour que le visage « prenne chair » dans un espace. Vient le moment magique où, au moyen de quelques traits, il fait apparaître les yeux. Alors une percée se fait, et on plonge dans une profondeur insaisissable.

[…] Âme qui, terreau des désirs, des émotions et de la mémoire, était en nous dès avant notre naissance, en un état qu’on pourrait qualifier de pré-langage et pré-conscience — non sans qu’un chant natif soit déjà là —, et qui nous accompagne jusqu’au bout, lors même que nous serions privés de conscience ou de langage. Toute d’une pièce, indivisible, irréductible, irremplaçable, absorbant en effet les dons du corps et de l’esprit, donc pleinement incarnée, elle est la marque de l’unicité de chacun de nous et, par là, de la vraie dignité de chacun de nous. Elle se révèle l’unique don incarné que chacun de nous puisse laisser.

[…] L’âme… Celle qui définit le plus profond de notre être.
Unique, précieuse, omniprésente, façonnée, intime, riche, évidente, complexe, complète, elle anime chaque être vivant de son Essence-Ciel.
Elle paraît si inaccessible à ceux qui, comme moi, sont encombrés d’occupations, de questionnements, de stress et d’inquiétudes. Mais elle se laisse si facilement trouver quand on prend la peine de faire silence et de la laisser s’exprimer.
Et là, elle nous offre tout : la redécouverte de la richesse de notre personne, la quiétude d’un repos, le sourire d’un visage, la profondeur d’un regard, l’accès au ciel.

[…] À la fin, il reste l’âme. En chaque être, le corps peut connaître la déchéance et l’esprit la déficience. Demeure cette entité irréductible, palpitante là depuis toujours, qui est la marque de son unicité.

Extraits du livre de François Cheng « De l’âme« , éditions Albin Michel

.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu
X