Métamorphose et Technique métamorphique sont deux écoles différentes

Métamorphose ou Technique métamorphique

A l’heure actuelle, il y a une grande confusion entre La Métamorphose et la Technique métamorphique ou Massage métamorphique.

Dans les années 50, Robert St John a créé une technique qu’il a appelée « Thérapie Prénatale » ou « Prénatothérapie », rebaptisée par la suite « Métamorphose ».

Dès les années 60, il a collaboré avec Gaston St Pierre (1940-2011), canadien d’origine. Mais peu à peu leurs visions ont divergé et deux courants ont vu le jour à la fin des années 70 :
D’un côté la « Métamorphose » créée par Robert St John, de l’autre, la « Technique métamorphique » créée par Gaston St Pierre.

Gaston St Pierre a beaucoup œuvré en Europe et donc en France pour faire connaître ce qu’il a appelé la Technique métamorphique ou Technique de la Métamorphose. Il est l’auteur d’un livre, paru en France en 1988 et réédité en 1993 aux éditions du Souffle d’Or, La Métamorphose, le massage métamorphique. Cet ouvrage a fortement contribué à la diffusion de son approche. En 2005, ce livre a été traduit en italien et espagnol sous le titre de Technique Métamorphique.

Alors qu’est-ce qui différencie la Métamorphose de la Technique métamorphique ?

Ces deux approches diffèrent dans leur philosophie, même si le geste ou la technique restent similaires.

La Technique métamorphique, ou Massage métamorphique, tout en restant dans la lignée de la Thérapie prénatale, met en avant l’attitude du praticien qui cultive le détachement vis-à-vis du sujet et son rôle de catalyseur. Le praticien fait confiance en la Force de Vie du sujet, agissante et intelligente, capable de venir rectifier le déséquilibre et rétablir l’harmonie. Gaston St Pierre appelait la Technique métamorphique « la pratique du détachement ».

La Métamorphose, toujours dans la lignée de la Thérapie prénatale et cette disposition d’esprit de détachement et de bienveillante neutralité, offre une nouvelle philosophie de vie. En effet, Robert St John a poursuivi ses recherches entreprises dans les années 70 sur ce qu’il appelait l’Afférence et l’Efférence, deux attitudes d’esprit complémentaires qui se défont de toute dualité ou sentiment de séparation. L’Afférence et l’Efférence sont devenus les principes directeurs de la Métamorphose avec les Symboles de la main venus compléter la pratique, se détachant de la « technique » proprement dite. Il a d’ailleurs cessé d’employer le mot technique pour parler de la Métamorphose.

Véronique Larderet ©


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu
X